Zone d’aménagement concerté

Publié le par mairie d'Echenoz-la-Méline

 

ELM-ZAC-2-140513.jpg

L’avenue Charles de Gaulle va se doter d’un espace d’activités artisanales.

Zone d’aménagement concerté. Le terme n’est pas anodin. Il prenait en tous cas toute sa valeur mardi soir en mairie provisoire d’Echenoz-la-Méline où une quinzaine de résidents ont assisté à la réunion publique organisée par la Communauté d’Agglomération de Vesoul, maître d’ouvrage.  Objet de la rencontre, orchestrée par les élus Yves Martin et Georges Pflieger, et les agents de la CAV en charge du dossier, Eliane Aubert, Guillaume Perrin, Patrick Lamblin et Mathieu Belle : la création d’une zone d’activités avenue Charles de Gaulle, au pied de la rocade Ouest qui relève de la compétence de l’Agglomération.

 

Un projet présenté en premier lieu au public, afin d’en mieux exposer les objectifs et répondre aux éventuelles questions. A juste titre. Car l’idée n’est pas sans soulever des inquiétudes du côté des riverains. Légitimes, personne ne voit forcément d’un bon œil son espace de vie et son angle de vue soudainement obstrués par un voisinage à caractère professionnel.

Le maire Yves Martin n’est pas sans rappeler que les terrains jouxtant l’axe Echenoz-Noidans ont été, et ce depuis 1995, déclarés au POS à vocation artisanale ou mixte. L’ouverture par la suite d’une partie du domaine concerné à la construction pavillonnaire a rencontré le succès que l’on connait, en raison d’une exposition idéale et d’un emplacement de proximité. Les actuels résidents opposent toutefois n’avoir pas été informés de cette mesure lors de leur investissement.

Georges Pflieger, vice-président de la CAV, délégué au développement économique, est formel : la zone, d’où commerces et entreprises de grande taille seront exclus, répondra à toutes les normes imposées ces dernières années, issues de rigoureux principes environnementaux. « Il s’agira d’une zone artisanale sans nuisance, très réglementée, fonctionnelle et esthétique ». D’envergure modeste, sur trois hectares, divisés en parcelles allant de trois à quatre mille mètres carré. Yves Martin ajoute qu’une telle réalisation peut se révéler créatrice d’embauches et génératrice de services. «A noter que même les entreprises transférant des locaux existants, en profitent toujours pour s’agrandir », ajoute Georges Pflieger.

Autre crainte côté public : la gestion de la circulation qui, sur une voie située en zone 30 et empruntée par 2500 à 3000 véhicules/jour, présente déjà pas mal de digressions. « Difficile pourtant, constate le premier magistrat, d’aller plus loin dans la prévention… ». La future zone d’activités sera dotée de deux accès. Des observations apportées par les riverains, l’idée est retenue d’un accès postérieur, par la rue des Prés, avec sens giratoire afin de réguler le trafic qui, en augmentant, peut aussi faire réduire la vitesse.

« La zone n’est-elle pas inondable ? » s’inquiète une résidente. Eloignée des rives de la Méline, les terrains visés n’ont jamais été inondés. Patrick Lamblin, directeur des moyens techniques et de l’aménagement de la CAV, assure de la récupération optimisée des eaux pluviales, les eaux usées seront collectées et ramenées sur le réseau communautaire. « La zone tampon d’environ deux hectares le long du cours d’eau pourrait être aménagée en jardins familiaux ? » propose une Mélinoise. Une suggestion que les participants approuvent. Un aménagement végétal autour de la zone artisanale est vivement souhaité par les riverains afin d’adoucir le visuel.

« Nous en sommes actuellement au stade de l’acquisition amiable des terrains, explique Patrick Lamblin, le résultat des études préalables sera connu en octobre, ceux de l’étude géothermique  en fin d’année, ce qui situe le démarrage en 2014 ». Un registre de consultation est ouvert en mairie d’Echenoz-la-Méline, de Noidans-lès-Vesoul et au siège de la CAV pour recueillir avis et suggestions. « Ce débat est très utile, approuve Georges Pflieger, puisqu’il permet de capter toutes les sensibilités. De plus, une réalisation de grande qualité environnementale est aussi garantie de subventions du fait de son apport économique ». Le souhait par les participants d’un nouveau contact à la mise en place du projet définitif, est retenu par les membres de l’Agglo. De quoi permettre à chacun de laisser mûrir ses idées.

La création de la zone d’aménagement concertée avenue Charles de Gaulle s’inscrit dans le développement des activités économiques de la Communauté de l’Agglomération de Vesoul, dont Peugeot représente 115 ha, douze autres zones communautaires se partageant 292 ha. Ce projet diffère toutefois de celui d’Echenoz Sud (direction Besançon – démarrage en 2015, qui, hors zone résidentielle, sera mis à disposition d’entreprises plus importantes. La zone de l’avenue Charles de Gaulle est réservée à une activité artisanale et commerciale non polluante de petite envergure. Plusieurs demandes ont déjà été formulées.

La presse de Vesoul

ELM-ZAC-3-140513.jpg

 

 

 

 

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article