UN SAGE S’EN EST ALLÉ

Publié le par mairie d'Echenoz-la-Méline

pierre-burthey.jpg

Homme « de dévouement public », Pierre Burthey était aussi
le co-fondateur du jumelage avec Gerlingen,

Dire de lui qu’il était une figure emblématique du bassin vésulien aurait sans doute heurté son humilité. Pourtant, Pierre Burthey, qui s’est éteint entouré des siens, jeudi dernier, au centre hospitalier intercommunal, a marqué définitivement l’évolution sociale, culturelle et associative de Vesoul et ses environs, au fil de ses implications,  toutes issues d’une fibre altruiste profondément ancrée.

Sa famille est originaire de Cendrecourt, mais c’est à Paris que naît Pierre, le 24 avril 1933, au gré de l’une des affectations de son père militaire. Le foyer, qui compte quatre enfants, Henri, Bernard, François et Geneviève, s’installe à Vesoul en 1945. « Cette ville de Vesoul qu’il chérissait…,  confie son épouse Marie-Jeanne, et où, après de nombreux déménagements, il se réjouissait d’avoir une maison de famille ».

Pierre effectue ses études secondaires au lycée Gérôme, où il rencontre Marie-Jeanne, puis poursuit son cursus à Paris dont il revient diplômé de l’ESSEC (Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales). S’en suivent vingt-six mois de service militaire dont douze en Algérie en tant que sous-lieutenant de réserve.

Il fonde avec Marie-Jeanne Gauthier, professeur d’anglais, une famille de quatre enfants, Marie-Edith, pédiatre, François, agronome et accompagnateur en montagne, Claire, orthophoniste, et Eric, journaliste. Il assure la direction adjointe des établissements Gauthier, pendant une dizaine d’années, puis prend la direction des exportations en Allemagne. Il sera ensuite, de 1970 à 1977, agent d’assurances à Gray, puis directeur du centre communal d’action sociale de Vesoul jusqu’en 1993.

En filigrane de cette vie professionnelle intense, se dessine un engagement social, civique et humain intiment lié à sa personnalité discrète, souriante, efficiente. Membre actif de nombreuses associations, UDAF, FASSAD, ADIL et CDHRU-CAL (aide à la rénovation de l’habitat), ARRUCAH (association des usagers de l’hôpital), antenne petite enfance, Pierre deviendra aussi administrateur au Centre hospitalier intercommunal de Haute-Saône, au titre des usagers, et présidera le crédit immobilier de Bourgogne-Franche-Comté. Des actions multiples qui toutes, ont le même dénominateur, le service à la personne.

Homme de culture et de tolérance, Pierre Burthey, conseiller municipal à Vesoul de 1965 à 1977, sera le co-fondateur avec Jacques Herblot et Albert Ferry du jumelage de la cité préfecture avec Gerlingen, dont son père, le colonel Burthey, avait eu l’initiative. Maîtrisant parfaitement la langue de Goethe, il deviendra même le traducteur officiel de ces rencontres toujours très actives.

Retiré à Echenoz-la-Méline, commune dont il apprécie vivement l’environnement, Pierre, retraité dynamique, s’y implique tout comme son épouse dans les activités du C.C.A.S. mélinois, dans la création d’un jumelage avec la ville allemande de Gefell et mêle judicieusement sa voix à celles du conseil des Sages. Grand-père heureux et affectueux, il inculque à ses quatre petits-enfants le goût de la découverte et du voyage.

Son dernier élan était de participer à la fondation d’une maison d’accueil pour personnes âgées sur les coteaux mélinois. « Pierre Burthey était un homme simple et pourtant très compétent. Sans jamais se départir d’une touche d’humour, il mettait ses grandes connaissances au service de la collectivité. C’était un véritable homme de confiance », souligne Chantal Chevalley, 1ère adjointe sur la commune. « Une commune a besoin d’acteurs pour vivre et rayonner, vous en faisiez partie », dira le maire Yves Martin dans son discours d’adieu, rappelant la sagacité et l’esprit constructif de Pierre, administré, mais surtout son ami et voisin.

Des propos rejoignant les nombreux hommages témoignés lors de ses obsèques célébrées samedi dernier à Echenoz-la-Méline, dont l’un des plus touchants fut la présence de Georg Brenner, ancien maire de Gerlingen, venu avec une délégation saluer une dernière fois cet homme hors du commun.

A ses proches, nous présentons nos plus sincères condoléances.

Viviane Belle La Presse de Vesoul

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article