Le jardinier est aussi un « monsieur météo »

Publié le par mairie d'Echenoz-la-Méline

henri-marguet-un-fin-observateur-de-la-nature-se-definit-av

Depuis 1991, Henri Marguet relève deux fois par jour les températures enregistrées, grâce à son thermomètre à mercure installé sur l’escalier côté Nord de son habitation, située rue Joseph Rouget.

L’ancien professeur d’histoire géographie du Lycée Belin à Vesoul, aujourd’hui âgé de 83 ans enregistre aussi sur son cahier la pluviométrie, il se définit avec humour comme « le témoin du passé » et ne rechigne pas à livrer le détail des aléas de la météo au fil du temps sur le secteur.

Habile jardinier et cueilleur de champignons, Henri explique que l’année 2012, sur Echenoz-la-Méline, a été « une année moyenne ».

En analyste avisé il livre qu’en hiver, la neige a tenu 11 jours au sol et 5 jours en automne, marqué par un coup de froid en février avec 10 jours entre – 14° et – 16°. L’été a été normalement chaud avec un 32° fin juin et un 34° le 18 août. Côté pluviométrie, les pluies ont été faibles en février soit 31 mm.

« C’est une constante pour notre région, le mois de février est en moyenne le plus sec de l’année ».

Les pluies furent abondantes en avril (230 mm), ce qui a offert une belle poussée de champignons. Pour les quatre mois d’été, juin, juillet, août et septembre, le total est assez faible (318 mm), le jardiner a ainsi dû arroser pour aider les cultures exigeantes.

Evidemment, les cerises sont moins abondantes qu’autrefois, par contre on est assuré de récolter en abondance les petits fruits « comme disent nos amis Suisses » (fraises, framboises, groseilles, cassis, mûres).

Depuis 1958 (et peut-être depuis beaucoup plus longtemps), il n’a jamais grêlé à Echenoz-la-Méline.

« Bien sûr il tombe quelques grêlons, mais rien à voir avec les orages de grêle qui laissent votre jardin haché menu avec une couche épaisse toute blanche sur le terrain ».

Le jardin est l’une de ses passions, c’est un fait : « J’ai appris à observer les signes de la nature, cela m’aide dans mes repiquages et plantations », précise Henri Marguet.

Une nature souvent protectrice. « Curieusement j’ai toujours récolté des pêches blanches ou de vignes, le village est protégé de la bise qui provoque des arrêts de sève, les fruitiers ne s’en remettent pas ».

Est Républicain

Publié dans Archives

Commenter cet article