Le début d’une autre vie

Publié le par mairie d'Echenoz-la-Méline

jean-pierre-et-josette-deux-figures-du-commerce-local.jpg

Jean-Pierre et Josette, deux figures du commerce local, s’expriment déjà au passé.

Pourtant les propriétaires du Carrefour de la Porcelaine, situé avenue Pasteur à Echenoz-la-Méline, fermeront définitivement les portes de leur boutique le 15 novembre prochain.

Après 30 ans d’activité commerciale, le couple mélinois est serein : dans quelques jours, ils profiteront d’une retraite méritée. « On a débuté en 1983 à Echenoz-la-Méline avec une petite boutique rue des Craies, sur les conseils avisés de notre comptable et le succès aidant, nous avons construit en 1988 ce bâtiment Avenue Pasteur », explique Jean-Pierre, 68 ans, mécanicien de précision déjà à la retraite.

Un bâtiment de 600 m² sur trois niveaux et 24 ares de terrain, idéalement placé à hauteur de La Providence, sur l’axe très fréquenté Vesoul-Besançon. « Nous sommes devenus les spécialistes dans les arts de la table, liste de mariages et cadeaux. À l’époque, mon épouse ouvrait 7/7 jours, y compris le dimanche ».

Josette, 66 ans, se souvient des soirées festives où les mariés de l’année étaient invités par le Carrefour de la Porcelaine : « Avec deux voyages à Djerba tirés au sort, 70 à 80 personnes étaient là dans une ambiance conviviale jusqu’à 3 h du matin. Ce rituel a pris fin voilà trois ans, cela représentait un budget conséquent », glisse la souriante Josette.

Reprise du bâtiment

Bons souvenirs également, les voyages offerts par Guy Degrenne. « Grâce à nos excellentes ventes, ce partenaire nous a fait voyager aux quatre coins du globe », avoue Jean-Pierre.

Comment oublier, les déplacements à Limoges où Vierzon tous les quinze jours en véhicule utilitaire ? « J’allais chercher entre 9.000 et 10.000€ de marchandises, pour vous dire que la vaisselle fait encore recette », évoque Jean-Pierre. C’est une page de l’histoire du commerce qui se tourne avec le départ en retraite de deux figures locales. « Pour le moment, il y a des touches au sujet de la reprise de notre activité et du bâtiment, mais rien de concret », précise le couple.

Satisfaire, ne jamais décevoir les clients étaient devenus les deux mots d’ordre de ces commerçants : « Notre fidèle clientèle appréciait la simplicité, la proximité et l’ambiance sympathique régnant dans la boutique ; ce n’est pas par hasard si quelques personnes venaient même de loin », assure Josette. Un magasin très connu des Vésuliens, où l’on trouvait facilement tout ce qu’il faut pour la mise en scène de la table, de la cuisine et des mariages avec des espaces dédiés à Guy Degrenne, Villeroy et Boch, sans oublier Médard de Noblat.

Une fin d’activité qui ne laisse pas insensible Églantine, Coralie et Pierre-Jean, les trois enfants du couple. « Grâce à la retraite, nous profiterons encore plus de nos sept petits-enfants, des vacances au soleil sont déjà programmées », avouent Jean-Pierre et Josette. Le début d’une autre vie…

Est Républicain
Du correspondant Jean-Charles Chevassus

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article