« ILS L’ONT FAIT ! »

Publié le par mairie d'Echenoz-la-Méline


Pour les six camarades du GTV 70, Embrun réussi à 100 %

 SPORTS-Triathlon-d-Embrun-arrivee-150811.jpeg

« Yes !!! », le cri de joie des six « Embrun Men » heu-reux !


Ils sont venus, ils ont vu… et vaincu ! Samuel Monteil, Jean Louis Dormoy, Stéphane Bonnin , Willy Mirandelle, Jacques Boucot, et José Luis se sont alignés ce lundi 15 août sur la ligne de départ du mythique triathlon d’Embrun. Et les six haut-saônois ont tous magistralement terminé dans les temps autorisés, inférieurs à 16 heures 30. Durée maximum d’un effort presque surhumain pour ce rendez-vous considéré dans la discipline comme le plus difficile de la planète.

Quelle journée ils ont vécu entre le départ de nuit, dès 6 heures, dans le spectacle impressionnant de plus de mille nageurs tapant dans l’eau, et l’arrivée, de nuit à nouveau, vers 22 heures pour les derniers participants ! 4000 m. de natation, 190 km à vélo dont quasiment 5000 m de dénivelées positives dont le renommé col de l'Izoard, et pour finir, 42 km au pas de course, une sacrée promenade de santé...

C’est au prix d’une volonté imparable, d’un mental de fer justifiant pleinement l’appellation de la rencontre, mais aussi « pour les copains », que les six adeptes de ce grand défi sportif amateur sont parvenus, au bout de leurs forces, à franchir la ligne d’arrivée, alors que « leurs jambes n’en pouvaient plus ». Tout cela dans une ambiance de folie incroyable où évoluait plus d’un millier de bénévoles.

De nombreux supporters de Vesoul avaient fait le déplacement pour encourager leurs six potes, une façon pour plusieurs d’entre eux de revivre leur passé. Sorte de pèlerinage autour d’une expérience unique en ressentis, leur ayant sans conteste apporté le souvenir d’une réussite impensable et « une nouvelle dimension de la vie ».

Et nos six Iron Men, qu’ont-ils ressentis, eux ? Impressions à chaud quelques instants après l’arrivée. Willy : « C’est l’arrivée ! ». Sam : « Je me suis étonné, je suis heureux d’avoir su gérer l’endurance ». Jean-Louis : « J’ai beaucoup aimé le paysage ! La camaraderie et le soutien du groupe ». Stéphane, 3ème participation et premier bouclé ! « Le rêve est devenu réalité. Et on est parti à six, on arrive à six ! ». Jacques, seconde participation : « J’ai savouré cette 2ème édition, l’esprit copain très encourageant ». Quant au coach José, auteur d’une préparation sans faille : « Tout le monde est arrivé, on peut tous ensemble se réjouir et en profiter ! ».

Ce but qu’ils s’étaient fixés, non pas comme une épreuve, mais comme une super aventure collective, les six camarades du GTV 70 l’ont atteint ce week-end sur les sommets d’Embrun. Au nom du sport et de l’amitié. Bravo les gars !

Viviane Belle La Presse de Vesoul

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martin P.P. 03/09/2011 10:43



J'aurais écrit "Embrun réussit à 100%" s'il s'agit du présent de l'indicatif, je pense.


J'aurais aussi écrit: "Et les six Hauts-Saônois..." en lettres majuscules car il s'agit d'un  nom propre au pluriel, tout comme on aurait écrit je pense "les six Français"
ou "les six Francs-Comtois" ou "les six Mélinois" en majuscules.


Par contre il me semble que lorsqu'on écrit par exemple "les six sportifs hauts-saônois" c'est en lettres minuscules car dans ce cas "hauts-saônois" est un adjectif
qualificatif pluriel. Tout comme, par exemple, "cette association mélinoise n'est composée que de Mélinois" (j'invente).


Je n'affirme rien mais il serait bon de le vérifier quand même! me semble t-il.



mairie d'Echenoz-la-Méline 03/09/2011 11:38



M Martin, je ne me permettrai pas de corriger cet article rédigé par V Belle de la Presse de Vesoul. Vous avez cependant raison de faire remaequer que le même mot peut être considéré comme
adjectif ou comme nom propre selon les phrases.