Les zones 30

Publié le par Echenoz la Méline

Pour mieux vivre ses déplacements en ville, à pied ou en vélo et maîtriser au mieux la circulation automobile, la solution « zone 30 » nous a paru la plus efficace. Dans tous les secteurs où il importe de concilier circulation, sécurité et vie locale, pour un partage plus équilibré de l'espace public entre tous les usagers, la « zone 30 » est une évolution qui s'inscrit dans le cadre d'une politique de modération de la circulation et de la vitesse en ville. Nous avons cependant constaté des vitesses excessives, notamment rue de la Flandrière  et rue de la Mairie et nous aimerions rappeler quelques règles:

1. En zone 30, l'espace reste affecté de manière traditionnelle : une chaussée pour voitures et cyclistes, un espace latéral réservé aux piétons.

2. Les règles de base sont celles du code de la route (voitures et deux roues): limitation de la vitesse à 30km/h, dans les carrefours respect de la priorité à droite et des sens uniques (même pour les vélos),  et chaque conducteur doit rester attentif à l'éventuel passage des piétons.

à 30 km/h, si un enfant s’élance à 13 m devant un automobiliste, celui-ci peut s’arrêter  à temps.

À 50 km/h, l’automobiliste n’aura même pas commencé à freiner ...


Lu dans Le Monde du 25 août 2008 :

Comment déterminer la responsabilité d'un cycliste lors d'une collision entre un vélo et une voiture? Et lorsque le cycliste renverse un piéton?

En cas d'accrochage avec une automobile, le droit est clair : selon la loi Badinter de 1985, le conducteur d'un véhicule terrestre à moteur impliqué dans un accident est considéré comme responsable des dommages corporels subis par les victimes. La seule exception intervient lorsque la victime a commis, selon les termes de la loi, une faute inexcusable qui constitue la cause exclusive de l'accident.

Un véhicule à moteur peut être impliqué même s'il demeure à l'arrêt et qu'aucun choc n'est enregistré. Par exemple, un scooter, mal garé, obstrue une piste cyclable et amène un vélo à faire une embardée : si le cycliste percute un piéton, le conducteur du scooter doit ête mis en cause.

Me Coviaux, avocate

 



 

Publié dans Conseils municipaux

Commenter cet article