Discours du 14 juillet

Publié le par Echenoz la Méline

Chères concitoyennes et chers concitoyens,


pour cette fête nationale française du 14 juillet qui commémore l'avènement de la République en France, je vous propose comme tous les ans, un discours sur l'histoire, les valeurs et les vertus de notre République.


Tout d'abord, un peu d'Histoire:


C'est le 5 mai 1789 que Louis XVI convoque les états généraux à Versailles composés du Clergé, de la Noblesse , et du Tiers Etat.


Le 20 juin suivant, a vu le Serment du jeu de Paume qui déclarait: « ... partout où ses membres sont réunis, là est l'Assemblée nationale ... ».


Une nouvelle réunion des 3 ordres a eu lieu le 23 juin 1789.


Aux injonctions de dispersion du Roi, l'Assemblée a répondu de manière fort célèbre face à l'insultante dictature, avec la fermeté et l'audace de Mirabeau, « qu'elle ne sortirait de la Salle des Menus que par la force des baïonnettes ».


Le Roi céda devant la détermination de l'Assemblée qui se sentait investie d'un sacerdoce politique et inviolable, en voulant assurer un bonheur certain à 25 millions de français.


Puis le 14 juillet 1789, le fougueux peuple de Paris animé d'une volonté novatrice et en quête d'armes et de poudre pour affronter les forces du Roi cantonnée autour de Paris, prend et détruit la prison de la Bastille, symbole du pouvoir royal.


Ces glorieuses journées de révolte du mois de juillet, se transformèrent en révolution, et virent la la mise en place du Gouvernement provisoire qui proclama aussitôt 2 symboles de la République :

 
1er symbole : Le coq, oiseau de St-Pierre, illustrant la repentance et le Pardon divin, qui annonce l'aurore et le jour, c'est à dire la Lumière. C'est pour cela qu'il se trouve en haut des clochers.

 

Le coq est aussi symbole de fidélité et de pérennité, de vigilance et de persévérance.
Les historiens pensent que l'origine du coq gaulois vient d'un jeu de mots des romains sur « gallus » qui veut dire coq, et gaulois qualifiant le peuple de Gaulle.

 
2ème symbole : Le drapeau bleu, blanc, rouge, dont le blanc rappelle la couleur royale encadrée par le bleu et le rouge, les 2 couleurs de Paris.

 

Pour mémoire, le bleu de Paris représente la couleur de la chape de St-Martin, évêque de Tours, partagée avec un miséreux, et le rouge rappelle l'oriflamme de St-Denis, 1er évêque de Paris décapité par les romains.


Ensuite, la nuit du 4 aôut 1789 abolit dans l'exaltation, tous les privilèges de la royauté.
Dans les jours qui suivirent, l'Assemblée constituante se mit au travail et vote le 25 aôut 1789, à une très large majorité, la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.


Cette Déclaration sera le coup de tonnerre qui va se répercuter jusqu'au fond du Royaume de France, puis en Europe et dans le Monde entier.
L'exemple français permet d'établir maintenant une citoyenneté européenne, et d'imaginer également une citoyenneté planétaire.


Donc, à partir de cette Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, la République unie et indivisible naissait avec sa devise fondant la Nation: Liberté, Égalité et Fraternité, ou la Mort, et les provinces du royaume laissaient la place à 83 départements tracés par Jean-Xavier Bureau de Pusy qui a fait bâtir le château de Pusy, rénové dernièrement nouvelle Mairie .


Les Communes remplacèrent ensuite les paroisses en 1790.


Le décret de la Convention nationale du 25 septembre 1792 proclamait pour le 28 septembre suivant, l'An 1 de la République. Signé par Lebrun et Danton.


Le chant national retenu en 1795, est La Marseillaise: chant composé par Rouget de l'Isle, intitulé chant de guerre pour l'armée du Rhin, rendu célèbre par les fédérés marseillais.


Devenue hymne national en 1879, la Marseillaise est inscrite dans la Constitution du 4 octobre 1958.


Autre symbole de la République: Marianne.

Son origine reste mystérieuse. On ne sait si c'est finalement le nom secret d'une société de républicains de l'époque, ou tout simplement le prénom du modèle féminin du sculpteur.


C'est à partir de 1877 que le buste de Marianne remplace celui de Napoléon III dans les mairies.


La décision du 25 septembre 1792 proclame que le nouveau sceau de l'Etat sera « une figure de Liberté », c'est à dire une femme avec un bonnet phrygien.


Le lien entre la Liberté et le bonnet rouge jadis venu de Phrygie en Asie mineure, s'était établi dans la République romaine antique où le rite de l'affranchissement d'un esclave comportait la pose de ce bonnet sur la tête de l'individu libéré.


La Semeuse
figure également en tant que symbole de la Patrie nourricière.


Des symboles, passons maintenant à la devise et aux valeurs.


Les 5 constitutions républicaines successives dont la dernière date de 1958, ont affirmé les principes de Souveraineté du Peuple par le Peuple et pour le Peuple, de Laïcité, et de Démocratie sociale.


Pour Jean Jaurès, c'est bien le Peuple qui gouverne par le suffrage universel.
Précisons masculin, car le 1er vote (plutôt tardif) des femmes n'est intervenu qu'en 1946.


1er mot de notre devise: La Liberté.


Il s'agit de ...

  • La Liberté d'être, de penser, d'expression, et de circuler.
  • La Liberté d'opinion, article 11 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789.
    La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme.
    Tout citoyen peut donc parler, écrire et imprimer librement dans le cadre de la Loi.
  • La Liberté de réunion, loi du 30 juin 1881:
  • Les réunions publiques sont libres.
  • La Liberté de la Presse dés le 19 ème siècle.
  • La Liberté syndicale, code du travail de 1884.
    Les syndicats et associations professionnelles peuvent se constituer librement.
  • La Liberté d'association, loi du 1er juillet 1901.
    Les associations de personnes se fondent librement et sans autorisation.


2ème mot de notre devise: L'Égalité.


Montesquieu en parlait ainsi:
"L'Amour de la République, dans une Démocratie, est celui de la Démocratie,
et l'Amour de la Démocratie, est celui de l'Egalité
."

  • L'Égalité des Hommes:
    Tout Homme, de quelque couleur qu'il soit, jouit en France de tous les Droits du Citoyen, s'il a les qualités prescrites par la Constitution pour les exercer.
  • L'Égalité des religions:
    Pour Léon Gambetta, la mise en oeuvre de la Liberté de conscience consiste d'abord à mettre l'Etat et les pouvoirs publics en dehors et au dessus des dogmes et des pratiques des différentes confessions religieuses.
    C'est le fameux principe très tolérant de laïcité qui accepte toute forme de pensée dans la sphère privée, mais qui impose l'indépendance totale en ce qui concerne les affaires publiques afin de ne subir aucun communautarisme.
  • L'Égalité devant la Justice:
    La Justice est la grande formule de la Révolution, celle qui englobe tous les droits de l'Homme, toutes les réformes sociales, ainsi que tous les préceptes de la Morale.
  • L'Égalité des droits:
    Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
  • L'Égalité devant l'Education:
    Jules Ferry voulait une nation égalitaire entre les riches et les pauvres, une nation animée de cet esprit d'ensemble et de cette confraternité d'idées qui font la force des vraies Démocraties.


3ème mot de notre devise: La Fraternité.


En préambule de la Constitution de 1946: La Nation assure à l'individu et à la Famille, les conditions nécessaires à leur développement.
La Nation garantit à tous, notamment à l'Enfant, à la Mère, et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs.


La République et la Fraternité, ce ne doit être qu'une même chose.
Victor Hugo ajoutait: Rien n'est solitaire, tout est solidaire.
La grande chose de la Démocratie est la Solidarité, au delà de la Fraternité.


Pour Charles de Gaulle, la Fraternité, c'était la Paix:
Je le cite:
Jusqu'au jour où, à la fin des fins, quand aura disparu la virulence des régimes ...,
par dessus ces régimes là, les peuples se retrouveront, coopéreront et feront la paix entre eux.
Car quels qu'ils soient, au fond, les hommes sont des hommes, pareils les uns aux autres, dans leurs guerres, leurs conflits et leurs déchirures.
Le Devoir, c'est d'arriver à en finir avec ces blessures-là.
C'est cela notre Devoir et le devoir de la République française.


Pour conclure, je cite la dernière strophe de La Marseillaise:


"Que l'amitié, que la Patrie, fassent l'objet de tous nos voeux;
Ayons toujours l'Ame nourrie des feux qu'ils inspirent tous deux,
Soyons unis, tout est possible, nos vils ennemis tomberont,
Alors les Français cesseront de chanter ce refrain terrible :
« Aux armes citoyens ... »
"

 

Vive la République française et merci de votre attention

Yves Martin

Publié dans Conseils municipaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article