La nécropole mérovingienne d'Echenoz la Méline

Publié le par Echenoz la Méline

Descendants de Mérovée...

Les archéologues viennent d'exhumer à Echenoz-la-Méline cinq sépultures mérovingiennes. L'ensemble de la nécropole pourrait en compter une centaine.

 Parler d'une immense surprise ne serait sans doute pas de mise ! Comme le relève
David Billoin, chargé d'études à l'INRAP : « On connaissait l'existence dans ce secteur d'une nécropole depuis le XIXe siècle et la création (NDLR : à quelques centaines de mètres de là) d'une voie de chemin de fer. » Il n'empêche...
Ce que ce spécialiste du Haut moyen-âge et son collègue archéologue Stéphane Dubois viennent de découvrir le long de la RN57 (avenue Pasteur à Échenoz-la-Méline) pourrait bien révéler dans les prochaines semaines son intérêt majeur pour la compréhension de l'ère mérovingienne dans la région. Un territoire anciennement intégré aux royaumes burgondes.
C'est en fouillant depuis mardi dernier deux parcelles de 1.500 m 2 - faisant l'objet d'une demande de permis de construire - que les deux hommes, alertés par le SRA (Service des recherches archéologiques) de Franche-Comté, ont exhumé cinq sépultures datant de l'époque mérovingienne et leurs « occupants ». A titre « d'échantillons » (en tout, ils en ont détecté une trentaine).

Pour David Billoin, « une découverte particulièrement intéressante » comprenant les restes de cinq défunts blottis dans des coffrages en bois ou en pierres plates, et retrouvés dans un état de conservation jugé « très correct ». Ainsi que des éléments de mobilier : un « scramasax » (littéralement « couteau qui entaille » ; petit sabre droit à double tranchant qui connut son heure de gloire à l'époque mérovingienne), une boucle de ceinture en fer ou un poignard...

Des contemporains du roi Dagobert

Autant d'objets que le chercheur, auteur des « Campagnes mérovingiennes en Franche-Comté », renvoie dans leur chronologie au VIIe siècle. « Entre 600 et 650 ». Pour la petite histoire, l'époque de Dagobert Ier... le « Bon roi Dagobert ». Et sûrement le début d'une belle « affaire » d'un point de vue archéologique. Car David Billoin et Stéphane Dubois n'ont plus de doute sur la question : ce qui constitue pour l'heure la ''partie émergée de l'iceberg'' laisse entrevoir l'existence d'un site funéraire de grande dimension le long de cette voie antique. Hypothèse renforcée par les trouvailles effectuées il y a une trentaine d'années sur le terrain contigu lors de la construction d'un pavillon (pointes de flèches, boutons, instrument chirurgical...).


« Nous sommes ici devant une nécropole d'une centaine de tombes, dont nous avons déjà pu délimiter trois côtés. Et dont les sépultures plus récentes remontent vraisemblablement au VIIIe ou au IVe siècle », estime David Billoin qui, avec son collègue, tentait hier matin, de « rapatrier » sous des trombes d'eau les derniers prélèvements qui étayeront bientôt son « diagnostic » (éléments sur la durée d'occupation des lieux, détails architecturaux et sur le contenu des tombes, enseignements sur les rites funéraires...).
Séchés dans les locaux de l'INRAP, à Besançon, les restes exhumés seront parallèlement envoyés à Bordeaux pour y subir des analyses biologiques, afin de déterminer l'état sanitaire des populations en présence et leurs caractéristiques morphologiques.

La dernière sépulture mérovingienne fouillée

d'où Stéphane Dubois extraiera bientôt un poignard.

Quid du site ?

Le travail de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) terminé, il appartiendra au SRA de se déterminer sur une possible fouille complète du site (a priori dès cet été). Un compromis pourrait également être trouvé avec l'aménageur en fonction de son projet.
En 2005, à quelques kilomètres de là, PSA avait en effet décalé l'extension de son site pour éviter de détruire celui de l'église pré-romane de « Saint-Martin-de-Pont ».
Qui sait, le Haut-moyen-âge n'a peut-être pas livré tous ses secrets dans la couronne vésulienne...

François VADOT Est Républicain
12/06/08
On en parle aussi sur le site de France 3 : pour lire l'article, cliquez ici

Publié dans Archives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article