Une bonne photo… n’est pas penchée

Publié le par mairie d'Echenoz-la-Méline

Une bonne photo… n’est pas penchée

C’est quoi une bonne photo ?

D’abord, elle n’est pas penchée… Je suis agacé quand je vois des photos penchées, ça veut dire qu’on n’a rien à dire, que la photo en elle-même n’est pas suffisamment parlante, qu’on est passé à côté du sujet et qu’on veut lui donner un genre. Quand je photographie la mer, il m’est arrivé d’utiliser un niveau… J’ai même un appareil qui dispose d’un niveau incorporé. Une photo que je trouve acceptable ne sera pas penchée…

Votre photo la plus célèbre ?

C’est sûrement celle qui est exposée à Tokyo. Elle a fait le tour du monde. C’est celle que l’on appelle « l’essuie-neige », un gars qui est en train de balayer la neige. C’est très graphique.

Vous êtes infiniment attaché aux Mille Étangs ?

Oui. Et c’est pareil, derrière mes plus belles photos, il y a des rencontres, du partage. On prend du temps avec les gens. Les Mille Étangs, c’était les années 70 pour moi, les photos en noir et blanc. J’adorais aller à la rencontre des gens. J’y vais encore beaucoup.

Une bonne photo est une photo simple ?

C’est le plus difficile à obtenir. Il faut attendre, Je m’aperçois aussi qu’il est vraiment difficile de se renouveler.

Le passage au numérique ?

Compliqué. J’ai eu du mal. Je ne suis pas le seul. J’ai mis beaucoup de temps à maîtriser d’autant qu’au début, les appareils étaient très faibles. Entre le déclenchement et l’ouverture, le sujet avait largement le temps de disparaître. On a aujourd’hui des monstres de technologie et c’est plus simple.

Et ces appareils sont à la portée de tout un chacun. Tout le monde peut être photographe ?

Le secret de ce métier, c’est la patience. Il faut aussi savoir regarder.

Vous avez le sentiment d’être reconnu ?

C’est étonnant d’être invité d’honneur un peu partout. Il y a une certaine estime pour mon travail. Je serai prochainement à Besançon, j’étais à l’île de Ré… Et beaucoup de gens viennent me voir. C’est assez fabuleux. Récemment, c’est un monsieur de 82 ans qui voulait se lancer dans le métier de reporter photographe.

 

 

L'est Républicain ne nous autorisant plus à diffuser des articles complets, vous pouvez lire la suite de l'article en suivant ce lien : https://c.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2018/07/16/une-bonne-photo-n-est-pas-penchee

EST REPUBLICAIN DU 16/07/2018

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article