«On n’en revient pas de la bonté des gens»

Publié le par mairie d'Echenoz-la-Méline

«On n’en revient pas de la bonté des gens»

 

« Paul revient vite s’il te plaît, ta maison vient de brûler ! » Samedi 22 avril vers 11 h, c’est l’appel d’un voisin qui alerte Paul et Brigitte Lauro, en course à Besançon. « Au départ, j’ai cru que c’était une très mauvaise blague. Mais en arrivant à proximité de notre habitation et ce gigantesque panache de fumée, nous avons compris », frissonne encore le couple mélinois.

En quelques minutes, l’habitation située avenue Pasteur à Échenoz-la-Méline est ravagée par les flammes. « Nous venions d’achever l’agrandissement pour avoir plus d’espace. Quand j’ai vu le désastre, j’étais paniqué », souffle Paul, employé à Peugeot.

Son épouse Brigitte s’inquiète pour leur chien qui, affolé, a réussi à sortir de l’habitation mais a disparu dans la panique générale. Des chasseurs de Lure, Luxeuil, les policiers et pompiers, sans oublier les Mélinois, partent à sa recherche. « Notre Lussy a été retrouvé en soirée dans le vieux bourg avec seulement quelques moustaches brûlées mais vivant », raconte, émue, sa maîtresse qui travaille à l’Ehpad de Neurey.

Immédiatement une chaîne de solidarité se met en place pour permettre à cette famille, qui a tout perdu, de faire face à ce sinistre. La municipalité et son CCAS, les voisins, les pompiers, la police et de nombreux inconnus alertés par la presse et les réseaux sociaux se manifestent. « Quand cela nous tombe dessus, on croit que la vie est foutue. Mais là, on n’en revient toujours pas de la bonté des gens qui ont été extraordinaires. Avec toute cette chaîne qui s’est mise en place, on va réussir à rebondir. »

Des meubles, des habits, de l’argent afflue à la mairie pour la famille qui a trouvé refuge dans un appartement à Navenne. « Nous remercions tout le monde même les dons anonymes », insiste Paul.

Très bien assurés, Paul et Brigitte se projettent déjà dans une possible reconstruction. « Le niveau inférieur semble avoir été protégé des flammes par une épaisse dalle. C’est notre maison depuis 2000, notre souhait est de pouvoir y habiter de nouveau. Pour cela, nous attendons le rapport de l’expert qui a éliminé la piste criminelle. »

 

L'est Républicain ne nous autorisant plus à diffuser des articles complets, vous pouvez lire la suite de l'article en suivant ce lien : https://c.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2018/05/12/on-n-en-revient-pas-de-la-bonte-des-gens

EST REPUBLICAIN DU 12/05/2018

 

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article